Planethumus.com Newsletter - 23 mai 2017

PERMACULTURE :

VERS UNE FORME D’INDÉPENDANCE ÉCOLOGIQUE

La « permaculture », ensemble de modes d’habitats et moyens de subsistance (mélanges de « symbioses ») agriculture, forêt, arbres fruitiers, espèces complémentaires entre elles, soins aux sols, animaux, eaux, climats…), remonte à d’anciennes traditions répandues sur plusieurs continents : des siècles nous ont précédé. L’observation et l’application – empirique – montrèrent à beaucoup de nos lointains ancêtres des pratiques utiles, vitales, qui se pratiquent encore dans certaines zones de la Planète.

Beau jardin très varié, à tous les étages sur différents volumes, plutôt à petites
échelles mais applications réalisables aussi sur de plus grandes surfaces

La “permaculture” : fondée sur des connaissances scientifiques essentielles, aujourd’hui

En botanique, zoologie, agronomie, pédologie, climat, cycles planétaires "biogéochimiques", la permaculture moderne date depuis bientôt une quarantaine d’années. Cette approche systémique “diversification agricole, forestière, circulation de l’eau, environnement, fonctionnement d’ensemble autour du Globe, constitue une nécessité ; "révolution" quant aux liens entre l’Humanité, la sécurité alimentaire et la Biosphère. Empiriquement, certains de nos ancêtres pratiquèrent des usages agricoles assez semblables : mélanger, diversifier des espèces agricoles différentes, mais inter-utiles (compagnes).

Grâce à la permaculture, plusieurs espèces complémentaires utilisent et produisent des mélanges de variétés sur plusieurs étages dans l’espace, du sol aux hauteurs des arbres. Ex. : divers légumes au sol, baies plus haut, arbres fruitiers au-dessus.

L'on confond souvent "permaculture"
et "agro-foresterie". Il existe de nombreuses techniques différentes de pratiquer la permaculture, elles méritent d’être examinées. L'agro-forestrie aussi présente différentes méthodes, par exemple concilier associations végétales et animales : en mélanges grandes cultures + arbres fruitiers + espèces forestières + élevages animaux, etc.
Grâce aux humus et aux organismes des sols, aux couverts végétaux quasi permanents, ces deux méthodes agro-écologiques contribuent à des effets positifs majeurs en vue de lutter contre le réchauffement climatique.

Verger et prairie ou céréales en association, élevage éventuellement partie
prenante, plutôt en surfaces à plus grandes échelles

---

Scientifiquement, l’un des principaux fondateurs des techniques modernes de permaculture fut Bill MOLLISON, biologiste australien, reconnu dès les années 1981 notamment par le Prix Nobel alternatif.

Nationalité : Australien
Domaines : biologiste, environnementaliste
Institutions : Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation
Diplôme : Université de Tasmanie
Renommé pour : Psychologie environnementale, permaculture
Distinctions : prix Nobel alternatif en 1981

(source : Wikipédia)

---

Une question quant au comportement de l’ensemble pour la plupart des gouvernements, administrations et habitants sur cette Planète :

Comment se fait-il que ces informations essentielles furent si longtemps quasiment sous silence, particulièrement au sein des politiques, gouvernements, administrations, sociétés marchandes, etc… ?????

Quasiment seuls quelques privés et ONG développèrent des efforts de diffusion et d’application…

Parmi d’autres précieuses sources d’informations, cliquez ci-dessous pour voir la bande-annonce du film "L'éveil de la permaculture"

Bernard K. Martin

Ancien député – Entrepreneur environnemental – Consultant agriculture durable
Fondateur, concepteur des Journées romandes "Sol-plante-climat-énergie"

Rue du Tyrol 25, CH - 1450 Ste-Croix (Suisse) –  078 642 53 05

Auteur de :
"Les enjeux internationaux du compostage. Nos ressources alimentaires 
et en eau. Climat"
Editions L'Harmattan.fr/ 

Mes deux blogs : Planethumus.com        Agrihumus.com

Linkedin
Facebook
Twitter
Google+

Site en construction : www.humus-ou-desert.ch