Archives de
Étiquette : microorganismes

Eau. Agriculture. Biodiversité. Santé. ” Les pires concentrations de pesticides…”

Eau. Agriculture. Biodiversité. Santé. ” Les pires concentrations de pesticides…”

« Les pires concentrations de pesticides en Suisse devaient rester secrètes »

Extrait de « Le Matin Dimanche » (Genève, Suisse) du 9 février 2020

UN VERITABLE SCANDALE DANS UN PAYS DEMOCRATIQUE !
CONSTITUTIONS (CONFEDERATION ET CANTONS) OUBLIEES ?
QUID DES RESPONSABILITES DES ADMINISTRATIONS, DES PARLEMENTS ?
A QUAND DE NOUVELLES DECOUVERTES SCABREUSES DE CE GENRE, DITES “DEFAILLANCES” ? ?

Photo de Santé magazine

Extraits de l’article de “Le Matin dimanche” du 9 février 2020 :

  • “Les chiffres montrent une accumulation 25 fois plus élevée que la norme légale.”
  • L’OFEV ne voulait rien publier, les communes étaient dans le flou.”
  • “Les mesures effectuées dans 31 communes entre Genève et le lac de Constance ont permis de détecter des résidus de chlorothalonil dans les eaux souterraines.”
  • “(… ) Dans la commune de Fischbach (canton de Lucerne), les mesures relèvent des concentrations douze fois trop élevées.”
  • “Je suis surpris de n’avoir jamais été informé par la Confédération, s’étonne Ivo Häfliger,conseiller communal responsable de l’eau.”
  • “La commune de Vully-Les-Lacs, située entre les lacs de Neuchâtel et de Morat détient un triste record  : son captage de Montmagny est l’enfer suisse question chlorothalonil. L’EAWAG a détecté une concentration 27 fois trop élevée. “Nous n’avons jamais entendu parler de cette mesure, déclare Blaise Clerc, président de Vully-les-Lacs.”
  • “La localité de Trüllikon, située dans le vignoble zurichois, fait aussi partie des communes les plus touchées, la concentration de R471811 dépasse 18 fois la norme. Les habitants l’ont appris l’an dernier. Il a fallu fermer en septembre une de ses trois sources.”
  • “Plusieurs responsables de l’eau potable dans les communes suisses tremblent, même si le chlorothalonil a été interdit en décembre dernier.”
  • Journalistes : MISCHA AEBI, DENIS VON BURG
  • Voir article précédent, complémentaire, sur cette question dans Le Matin Dimanche du 15 septembre 2019

 

CLIQUEZ SUR L’ARTICLE POUR LIRE LE PDF

****************************************

Commentaires de Bernard K. Martin

Outre l’empoisonnement des sols, eaux, air, consommateurs, les nuisances à la biodiversité globale sont importantes.

Gardons à l’esprit que la plupart des pesticides altèrent notamment les microorganismes, les invertébrés et l’humus des terres, entraînant la transformation de l’HUMUS (matières organiques) en CO2, accroissant les modifications du CLIMAT.

L’agriculture biologique, techniques agro-écologique, démontrent des preuves d’efficacité et de réussite depuis une quarantaine d’années. Elles permettent de sortir des pesticides de synthèse (et des engrais “chimiques” solubles). Ces substances de synthèse constituent une gigantesque catastrophe mondiale !

****************************************

Informations complémentaires :

Association Pro Natura :
https://www.pronatura.ch/fr/il-faut-sattaquer-des-present-la-crise-du-climat-et-de-la-biodiversite

WWF Suisse :
https://www.wwf.ch/fr

Greenpeace Suisse :
https://www.greenpeace.ch/fr/

https://planethumus.com  et  https://agrihumus.com

Voir notre chaîne YouTube :
https://www.youtube.com/user/PlanetHumus

Recherche suisse PNR68 :
http://www.pnr68.ch/fr/projets/synteses-thematiques/sol-et-environnement

Institut de recherche en agriculture biologique (FiBL) :
https://www.fibl.org/fr/page-accueil.html

Initiative internationale 4 pour 1000 carbone :
https://www.4p1000.org/fr


ASSOCIATION FRANÇAISE d’AGROFORESTERIE :

http://www.agroforesterie.fr/definition-agroforesterie.php

Aînées pour la protection du climat :
https://ainees-climat.ch

Sol vivant, fertilité, paysages, biodiversité, climat : du nouveau !

Sol vivant, fertilité, paysages, biodiversité, climat : du nouveau !

Base des couverts végétaux, des forêts, des régulations climatiques, de la biodiversité et de l’agriculture : le sol vivant est particulièrement déterminé par les organismes qui s’y développent, par ses humus et ses argiles. En interaction avec les plantes. Et par ses innombrables processus biochimiques. Les importants cycles planétaires dits “bio-géochimiques ” : carbone – azote – eau /H2O …) en constituent des fondements majeurs. 

Un ouvrage académique majeur approfondit cette complexité :

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Pour commander le livre : https://www.ppur.org/produit/422/

**********************************************************************

 

Admirer, observer des paysages : un immense bonheur. Ils résultent en particulier de leurs sols, humus, organismes sur/sous terre, développement des flores et faunes…, de la nature, des types de territoires, de leurs roches mères.

Les paysages ont une histoire, déterminée en grande partie par les activités humaines : agricoles, forestières, urbaines, industrielles. La biosphère, avec ou sans Homo Sapiens, s’exprime par les paysages. Et via le climat, en interactions.

Les paysages résultent aussi des oeuvres créatrices ou des destructions par les civilisations successives depuis des millénaires. Ces observations suggèrent des mesures à décider pour le futur, dans la perspective de rétablir des équilibres écologiques. En pensant à l’avenir de nos enfants et petits-enfants.

 Ce livre bien documenté scientifiquement permet de comprendre l’évolution des paysages, des sols et de leurs usages : 

Cliquez sur l’image pour l’agrandir :

Pour commander le livre : https://www.ppur.org/produit/936/

************************************************************

Le Matin Dimanche du 2 juin 2019 présente brillamment, en partie, les thèmes de ces ouvrages :

Cliquez sur l’image pour l’agrandir :

 

************************************************************

Informations TRANSITION AGRO-ENERGETIQUE :

https://planethumus.com et https://agrihumus.com


Voir notre chaîne YouTube : https://www.youtube.com/user/PlanetHumus/videos

Recherche suisse PNR68 : http://tinyurl.com/y39dgv4l

Initiative internationale 4 pour 1000 carbone : https://www.4p1000.org/fr

CLIMAT. Carbone. Créons de l’humus, propose un député bernois

CLIMAT. Carbone. Créons de l’humus, propose un député bernois

Photosynthèse –-> plantes –> carbone –> faune –> sol –> humus –> biodiversité


La chlorophylle et les microbes, parmi les fondements de la BIODIVERSITE, fabriquent énormément de matières organiques (flore, faune). 
Dont arbres, prairies, racines, etc, … . Soit beaucoup de CARBONE. Cet ensemble co-détermine les cycles élémentaux : carbone, azote, eau / H2O, circulant autour de la Terre, et au sein de la biosphère. 

La formation d’HUMUS du sol résulte des retours organiques à la terre après leur décomposition, soit encore beaucoup de carbone. Humus qui s’élabore sur et dans la terre, laquelle est vivante, fertile, riche en micro-organismes, invertébrés, enzymes…

Régulation du climat.

Un élu bernois propose de stocker du carbone grâce à l’humus des sols

« Le Député Daniel Lehmann appelle donc la Confédération à sensibiliser les paysans et à leur fournir les moyens nécessaires, notamment en réorientant des subventions agraires en faveur de cette méthode. Car, selon lui, il est possible de retenir 30 tonnes de CO2 par hectare cultivé. » Extrait d’article / interview RTS – Emission “Vacarme”. Cliquez ci-dessous pour accéder à l’interview de RTS, comprenant les explications du Professeur Pascal BOIVIN, Ingénieur agronome, pédologue (spécialiste des sciences du sol) à la HEPIA – Genève :

https://www.rts.ch/info/regions/berne/10364353-stockons-le-co2-dans-les-pres-grace-a-l-humus-propose-un-elu-bernois.html

AUDIO (25’39”) :
https://rtsww-a-d.rts.ch/la-1ere/programmes/vacarme/2019/vacarme_20190412_full_vacarme_710be7cf-919f-478a-9a19-97ce288e4a14-128k.mp3?mediaId=10326492

L’article de LE MATIN DIMANCHE (14 avril 2019) présente la proposition du Député Daniel Lehmann :

Cliquez sur l’article ci-dessous pour ouvrir le PDF

Informations TRANSITION AGRO-ENERGETIQUE :

https://planethumus.com et https://agrihumus.com


Voir notre chaîne YouTube : https://www.youtube.com/user/PlanetHumus/videos

Recherche suisse PNR68 : http://tinyurl.com/y39dgv4l

Initiative internationale 4 pour 1000 carbone : https://www.4p1000.org/fr

Alliance Climatique suisse : http://www.alliance-climatique.ch/bns

Grands-parents pour le climat : https://www.gpclimat.ch/qui-sommes-nous/

Initiative pour les glaciers : https://www.protection-climat.ch/#contactt

Aînées pour la protection du climat : https://ainees-climat.ch

Depuis des millénaires, l’Homme désertifie les sols, modifiant le climat

Depuis des millénaires, l’Homme désertifie les sols, modifiant le climat

La moitié des terres fertiles du globe  transformées en désert par l’Homme (sources ONU, PNUE, FAO)

10000 ans de destruction des couverts végétaux (dont forêts), de la biodiversité, de sols fertiles

INTRODUCTION : RESUME DES FONDEMENTS DE LA BIOSPHERE

Sur nos continents, la photosynthèse (couverts végétaux, surtout arbres) transforme du carbone atmosphérique en matières organiques – herbes, buissons, feuilles, branches, troncs, racines… – lesquelles sont consommées par la faune qui restitue des matières à la terre, après digestion.

Ces retours organiques au sol sont sources de l’élaboration des humus, grâce aux organismes (vers de terre, fourmis, collemboles, micro-organismes, algues, enzymes, etc.). Ces faune et flore vivant sous nos pieds participent à l’alliance des argiles avec les humus : le “complexe argilo-humique”, fondement de la fertilité, base de l’existence de la biosphère, de nos ressources alimentaires et des “cycles planétaires carbone – eau (H2O) – azote”.

Conférence (diaporama) du Professeur
Jean-Michel Gobat (Université de Neuchâtel)
“Le fonctionnement du sol vivant, fertile, durable, multifonctionnel” (cliquez ci-dessous)

Pour télécharger ce diaporama en PDF, cliquez sur la photo ci-dessous :

Ces lois élémentaires de la Nature sont maintenant connues. Elles ne l’étaient pas il y a des millénaires.

LA PLUPART DES DESERTS ONT ETE PROGRESSIVEMENT CREES PAR L’HOMME, MODIFIANT LE CLIMAT

Il y a environ 10 à 12000 ans, nos lointains ancêtres commencèrent à cultiver la terre, à élever les premiers animaux domestiques. Ils inventèrent la charrue, la corde, les clôtures. De nomades, ils se fixèrent, créant des villages et des villes. Bien auparavant ils utilisaient déjà le feu et les objets tranchants. Au fil du temp, ces nouveaux outils, “techniques”, modes de vie et  comportements modifièrent leur environnement.

De plus, hélas, ils ne connaissaient pas l’importance des retours organiques pour nourrir le sol, ni la nécessité de couvrir le sol labouré avec des litières pour le protéger des éléments : soleil, vents, pluies.

Une vaste et lente destruction de la biosphère, sur les territoires où vivait l’Homme, surtout depuis 5 à 6000 ans, s’étendit car de grandes civilisations se succédèrent.

Les populations devenaient de plus en plus nombreuses. Ainsi de la Chine au Maghreb, passant par l’Inde, la Mésopotamie, l’Arabie, le Sahara, le pourtour méditerranéen, le recul des forêts, des humus, de la biodiversité transforma progressivement des territoires jadis verdoyants en sols arides et désertiques.

Non pas une fatalité, mais bien suite aux comportements humains inadaptés à l’entretien de leur environnement nourricier.

CONCLUSION, TRANSITION AGRO-ENERGETIQUE

A l’heure actuelle, le réchauffement climatique, la nécessité d’une sécurité alimentaire et en eau, la protection des espèces, la prévention des exodes et migrations,  demandent une urgence ! Entre autres mesures :

UN PLAN MARSHALL !

Développer dans les priorités :

“PHOTOSYNTHESE VEGETALE – HUMIFICATION (FORMATION D’HUMUS)”